We've detected you are coming from a location where we have a regional site.
Please choose one of the following sites:

February - Stefan Schipper.

La couleur peut être séduisante et apaisante, elle peut être agressive et troublante. Parfois, choisir la couleur consiste à attirer l'attention. Et en photographie comme dans la nature, on utilise les armes dont on dispose. Bien choisir la couleur peut faire la différence entre regarder et voir.

« Crée ton propre style et oublie les règles. Mais n'ait pas peur d'apprendre des autres photographes. » Ce conseil nous est donné par le photographe hollandais Stefan Schipper qui, à l'âge de 31 ans, avait déjà remporté un certain nombre de récompenses, dont le « Best Wedding Album 95 » hollandais et le « Kodak Gold Award » quatre fois de suite, de 1995 à 1998. En 1999, il publie son livre intitulé « Sightings » dans lequel il présente sa manière bien particulière de faire le portrait de plus de 160 célébrités hollandaises. Tiré à 2 500 exemplaires, il fut rapidement épuisé. Stefan Schipper fit don de l'argent gagné avec ce livre à une école pour enfants sourds à laquelle va sa nièce, Elke. Il fut impressionné par les méthodes professionnelles utilisées par l'école pour enseigner aux enfants sourds à communiquer avec le monde extérieur.


 L'un des photographes dont Stefan Schipper est particulièrement fier est le célèbre Anton Corbijn. Il est heureux d'être inspiré par cet artiste à la renommée mondiale, mais ne rêve pas pour autant de pouvoir copier son style. Les photos d'Anton Corbijn aux tons souvent d'un noir et blanc ou d'un sépia très intenses représentent un contraste dramatique si on les compare au travail riche en couleurs et produit en studio de Stefan Schipper. Ces deux photographes de célébrités ont déjà travaillé une fois ensemble. « J'ai fait le portrait d'Anton et l'ai mis sur la dernière page de mon livre « Sightings ». Ce fut le travail le plus intéressant que j'ai jamais eu à faire », déclare Stefan Schipper.

Prise avec un Hasselblad 503CW, un Zeiss Planar f 2.8/80 mm, une vitesse de 1/30 s, une ouverture de f/ 5.6, un parasoleil professionnel et un filtre doux Cokin, une pellicule diapo EPP Kodak, développement : procédé négatif couleur C41 (technique croisée).
 
Le studio de Stefan Schipper se trouve dans la petite ville de Vriezenveen. Il travaille en général avec un Hasselblad (503CW et XPan), mais aussi quelquefois avec un appareil Nikon. Il ne se prépare pas trop en vue d'un contrat et ne travaille pas avec des principes ou des règles spécifiques. « Souvent, je n'ai pas établi de plan avant de rencontrer la personne que je suis sensé photographier. Je fais simplement ce qui me paraît être juste au moment de photographier. »

Stefan Schipper va bientôt exposer ses photographies de «The World Trade Center Before September 11th ». Il prépare également son prochain projet de livre et travaille aussi avec des artistes internationaux tels que Duran Duran, Mel C, et Metallica. « Alive », son nouveau livre, devrait être prêt dans deux ans. « Si je n'arrive pas à le finir d'ici là, j'aurais au moins aimé chaque minute passée à y travailler jusqu'ici. Il faut s'amuser dans la vie. Elle est trop courte. »

Kerstin Fiedler